Quelque chose au côté gauche

Moi, Ivan Ilitch, je gravis brillamment les échelons de la réussite
sociale. Un jour je fais une chute idiote et tout bascule…

Dans la Russie tsariste, Ivan Ilitch préside le tribunal de St Pétersbourg avec compétence et froideur. Ayant brillamment gravi les échelons de la réussite sociale, rien ne l’intéresse plus que son prestige, l’apparat de sa vie mondaine et ses succès au whist. Sa vie est telle qu’il l’a toujours souhaitée : facile, agréable, de bon ton.
Une petite douleur au côté gauche, et sa vie bascule : au bord du précipice, il commence un chemin initiatique qui va le mener vers la lumière.

LE CANARD ENCHAINE : « Avec ce spectacle, on redécouvre les questions essentielles. Qu’est-ce que rater ou réussir sa vie. Retrouver la bonté première. S’étonner que vienne un réconfort imprévu. Mourir réconcilié. C’est singulièrement puissant. »


TÉLÉRAMA : « Hervé Falloux épouse le destin d’Ivan llitch avec la sincérité de ceux qui ne choisissent pas par hasard les textes qu’ils interprètent. »


 THÉÂTRAL MAGAZINE : « Un grand moment de théâtre baigné du blanc du « berceau et du linceul, de la vieillesse et de la sagesse » et de la lumière salvatrice. »


L’HUMANITÉ : « En signant l’adaptation de « La mort d’Ivan litch », Hervé Falloux l’interprète avec malice. »


L’OEIL D’OLIVIER : « Tout est réussi dans ce spectacle. »